Fin des années 40 - Le Prédécesseur

Schoeps a été fondée en 1948.

Il semble que ce soit le plus vieux microphone encore existant fabriqué par SCHOEPS.
Au moins trois de ces "microphones-bouteilles" ont été fabriquées, probablement pour être utilisées avec les douze magnétophones que la société a fabriqués en 1948-50. La capsule avait une configuration omnidirectionnelle dans les basses et moyennes fréquences, mais devenait plus directionnelle dans les moyennes et hautes fréquences supérieures en raison de l'accumulation de pression à la tête sphérique de la capsule. Le circuit d'amplification a été conçu par le Dr Küsters, utilisant deux tubes triodes Telefunken VC 1.

Diamètre : environ 80 mm, longueur : environ 320 mm

Ce microphone est exposé dans notre musée (aussi visible dans d'autres pages sur ce site).

1950 - Le CMV 50/2

Le microphone devient plus petit :

Le diamètre est désormais de 70 mm pour une longueur de 280 mm.

Maintenant, la capsule peut être changée par un accouplement à baïonnette.

 

 

1951 - Le CM 51/3

En 1951, un nouveau tube, l' EF 94 (6AU6) de Telefunken, est mis sur le marché.

Associé à un petit transformateur de sortie, cela permet de réduire les dimensions du microphone à un diamètre de 35 mm et une longueur de seulement 240 mm.

La capsule est dotée d'un raccord à baïonnette et peut être inclinée d'environ +/- 30°.

 

 

1952 - Le M 201

Pour réduire encore les dimensions du microphone, le transformateur de sortie et certains composants électroniques sont incorporés dans le câble du microphone à l'extérieur du microphone dans un boîtier noir.

Cela a permis d'obtenir le plus petit microphone disponible à l'époque (longueur : 140 mm, diamètre : 23 mm). Pour la première fois, nos capsules sont vissées sur la section de l'amplificateur (au lieu du couplage à baïonnette).

Le M 201 était également disponible avec une capsule à deux éléments, une plus petite avec une caractéristique omnidirectionnelle et une plus grande avec une caractéristique en forme de huit.

La caractéristique du microphone pouvait être commutée entre omnidirectionnel et cardioïde en ajoutant ou en soustrayant le "huit" de l'omnidirectionnel.

 

 

1953 - Le CM 51

Diamètre : 35mm
Longueur : 160mm

Différentes capsules montées sur baïonnette sont disponibles :

  • CM 51/7 - omnidirectionnel
  • CM 51/N9 - cardioïde
  • CM 51/U - commutable (omni/cardioide)

  • S/G 51/9 - suspension élastique
  • CMN 51/9 - alimentation électrique
  • CMKV 51/9 - câble de microphone

    En 1955, la version française (CM 51F) avec fiche Sogie est produite.

1954 - Le M 221

Le M 221 A est arrivé sur le marché en 1954.
Elle utilisait les propriétés spéciales du nouveau tube AC701 de Telefunken. Pour la première fois, des microphones d'un diamètre extérieur de seulement 20 mm ont pu être construits.

Le modèle M 221 A n'a été construit qu'en petit nombre pendant quelques mois jusqu'à ce qu'il soit révisé pour devenir le modèle B amélioré. La différence la plus évidente était l'adaptation mécanique de la capsule. La M 221 A avait un filetage intérieur grossier, la M 221 B avait un filetage extérieur fin, qui est encore utilisé aujourd'hui dans la série SCHOEPS Colette.

Comme le circuit du tube AC701 était très similaire dans les deux modèles, la nouvelle alimentation NTM 221 peut être utilisée pour les deux versions.

1960 - La Serie CM 60

Cette série a suivi la série CM 61 et était également basée sur le tube Lorenz EF 94. Les microphones ont été distribués par Telefunken et Schoeps, et Strässer (Stuttgart) incorporé la prise de son directive dans de nombreux systèmes de renforcement du son. Les microphones ont été désignés en fonction de leur type de capsule :

  • CM 63 : omnidirectionnel (égalisation en champ diffus)
  • CM 64 : cardioïde
  • CM 640 : cardioïde de la parole
  • CM 65 : omni/cardioide commutable (Le diagramme polaire peut être modifié en tournant la tête de la capsule)
  • CM 65 S : omni/cardioide commutable avec une tête de capsule qui peut être tournée et pivotée
  • CM 66 [D] : trois modèles polaires (la version "D" comportait un atténuateur commutable de 15 dB) L'alimentation électrique de cette série était le modèle N 60 B. À la fin des années 60, la série transistorisée CM 60 T a été développée, compatible avec les alimentations et les câbles de cette série.

 

1964 - Le CMT 20

Le premier microphone à alimentation fantôme au monde

 

Le microphone CMT 20, sorti en 1964, a été une étape importante pour la société : le premier microphone à condensateur transistorisé et alimenté en fantôme au monde. Il était alimenté en 8,5 volts, la borne positive étant reliée à la masse. Aujourd'hui, presque tous les microphones à condensateur du marché utilisent des FET à faible bruit comme convertisseurs d'impédance dans les étages d'entrée, mais de tels composants n'existaient pas à l'époque. La seule façon de minimiser le bruit était d'utiliser un circuit RF dans lequel la capsule modulait le signal porteur.

Le CMT 20 avait un étage de sortie symétrique sans transformateur avec des condensateurs de couplage. Plus tard dans l'année, une version améliorée, le CMT 200, est sortie. Ce dernier était lui aussi alimenté en fantôme (désormais semblant devenir la norme en studio, à 9 - 12 volts) et sa sortie était également sans transformateur, mais cette fois-ci à couplage direct. Une architecture de circuit similaire se retrouve dans tous les microphones SCHOEPS jusqu'à ce jour.

1965 - la serie CMT 3- / 4- / 5-

TRANSITION DES DIAPHRAGMES EN NICKEL AUX DIAPHRAGMES EN MYLAR

Un an plus tard seulement, des microphones à condensateur transistorisés de la série CMT 3-/4-/5- furent mis au point. Maintenant que des transistors à effet de champ de la qualité nécessaire étaient disponibles pour une utilisation dans les microphones au plus haut niveau de qualité, cette série représentait une transition dans les microphones à semi-conducteurs de la technologie des circuits RF à la linéarité supérieure de la technologie des fréquences audio. Dans le même temps, le matériau précédent de la membrane métallique a été remplacé par du Mylar spécialement fabriqué avec une fiabilité accrue.

Les capsules disponibles sont restées du même type : Le CMT était livré en omni (par exemple CMT 52), cardioïde universel (CMT 54), cardioïde de proximité (CMT 540), supercardioïde (CMT 541), omni/cardioïde commutable (CMT 55) et omni/cardioïde/figure-huit commutable (CMT 56) avec une conception à diaphragme unique. Les spécifications des capsules étaient proches des données des capsules actuelles MK 2S, MK 4, MK 40, MK 41, MK 5, MK 6.

Les microphones de la série CMT ont été fabriqués jusqu'aux années 80.

 

 

1969 - CMTS

Les microphones stéréo SCHOEPS CMTS 301 et 501 ont été optimisés pour l'enregistrement stéréo coïncident. En utilisant une paire de capsules à trois directivités spécialement adaptées, ils ont excellé dans les techniques stéréo X/Y, "Blumlein" et M/S.

Une grande partie du son direct atteint les microphones avec un décalage important par rapport à l'axe lorsque ces méthodes d'enregistrement sont utilisées. Leur succès dépend donc d'une réponse en fréquence lisse et uniforme à tous les angles d'incidence du son - une caractéristique des microphones SCHOEPS. Les microphones à grande membrane et/ou à double membrane ne peuvent égaler ces qualités.

Un avantage particulier des cardioïdes à simple diaphragme est leur capacité à maintenir une directivité complète dans les basses fréquences. Ils peuvent ainsi capter toutes les informations sur les différences entre les canaux qui sont essentielles pour la perception de l'espace. En revanche, les enregistrements stéréo réalisés avec des cardioïdes à double membrane coïncidents ont tendance à s'effondrer en mono aux basses fréquences.

Le CMTS est resté en forte demande et a été produit pendant plus d'une décennie après l'arrêt du reste de la série CMT.

 

1973 - La célèbre série Colette

toujours en production de nos jours

 

En 1973, la série Colette est présentée. C'est le système de microphone le plus complet et le plus polyvalent jamais conçu. Les "tubes de Colette actifs" sont connus par des millions de personnes qui ont vu les Trois Ténors à la télévision ou "Les Miz". Ils sont également utilisés au Bundesrat allemand. Le "câble actif" est aussi souvent utilisé (mais pas vu) dans des applications cachées au cinéma, à la télévision, sur les scènes de théâtre ou dans les salles de concert et d'opéra. Cela est possible parce que l'amplificateur du microphone peut être séparé de la capsule, ce qui rend la partie visible du microphone beaucoup plus petite. Aujourd'hui, ce système de microphone modulaire est "imité" par d'autres, mais SCHOEPS continue à offrir la gamme la plus complète de transducteurs et d'accessoires.

Cette année-là, la MK 26 a été développée pour devenir la MK 6. Un an plus tard, arrive le MK 5, une double capsule commutable (omni/cardioide) avec une réponse améliorée dans les hautes fréquences. La MK 5 est toujours au catalogue. Tous les types de capsules ont été améliorés au fil des ans.

Aujourd'hui, la série Colette comprend 20 capsules, six amplificateurs de microphones (analogiques, numériques, à piles, pour émetteurs de poche, version à tubes), des accessoires actifs (tels que tubes de microphones, filtres, cols de cygne, microphones de table, câbles) et des accessoires (tels que suspensions élastiques, attaches, pinces, supports, adaptateurs d'instruments, pops et bonnettes anti-vent) ainsi que des microphones stéréo et des accessoires pour la stéréo et le surround.

Vous trouverez ici une description détaillée de la série Colette.

 

 

 

1976 - Microphone ORTF Stereo, MSTC

Le premier microphone stéréo utilisant le principe ORTF (une technique d'enregistrement développée à l'origine avec les capsules SCHOEPS) dans un boîtier monobloc.

1990 - KFM 6

L'enregistrement par "Sphère" représente une famille de techniques stéréo à deux microphones qui ne sont ni coïncidentes (X/Y, M/S), ni quasi coïncidentes (ORTF), ni espacées dans le sens habituel (A/B). Elles utilisent plutôt deux transducteurs de pression (omnidirectionnels) séparés par un objet solide, acoustiquement opaque. Dans l'enregistrement par sphère, les deux transducteurs sont encastrés directement dans la surface de cet objet. Bien que la sphère soit presque de la taille d'une tête humaine et que les transducteurs soient placés dans des positions un peu comme celles des oreilles humaines, les enregistrements stéréo sur sphère sont définitivement destinés à être diffusés par des haut-parleurs, contrairement aux enregistrements sur "tête factice".

Avec un placement optimal des microphones, les enregistrements stéréo en sphère peuvent offrir un son naturel, une profondeur et une spatialité remarquables, une captation complète des basses fréquences et une bonne localisation, combinant ainsi toutes les vertus des autres types de systèmes d'enregistrement stéréo.

 

 

1994 - Microphones Compacts CCM

En 1994, la miniaturisation déjà réalisée avec les câbles et tubes actifs de la série Colette fut poussée plus loin : La série de microphones compacts CCM a été introduite, offrant les plus petits microphones à condensateur classique (à polarisation externe) et sorties symétriques jamais construits. À l'origine, l'électronique de la série CCM était basée sur une construction hybride ; la technologie moderne des circuits imprimés multicouches et flexibles a ensuite été introduite, qui est également plus résistante aux dommages causés par les chocs. Dès le début, cependant, les caractéristiques des circuits miniaturisés ont égalées celles de l'amplificateur CMC 6 de taille normale.

1998 - PolarFlex

Les différences sonores significatives entre les microphones à condensateur de même schéma directionnel nominal, autres que la réponse en fréquence, proviennent des variations de directivité sur la gamme de fréquences. Les écarts par rapport à l'idéal se produisent en particulier dans les basses et les hautes fréquences.

Bien que ces irrégularités de réponse puissent être indésirables, elles peuvent parfois offrir des avantages pratiques pour s'adapter à l'acoustique de la pièce, par exemple.

Avant la PolarFlex, de telles caractéristiques étaient inaltérables, sauf en choisissant des microphones différents. Mais avec le processeur DSP-4P, non seulement des modèles presque idéaux (c'est-à-dire indépendants de la fréquence) peuvent être choisis, mais presque toute relation souhaitée entre le modèle et la fréquence peut également être sélectionnée.

2003 - Double-MS

Le Double M/S est une adaptation à trois microphones d'une technique à deux microphones conçue par Alan Blumlein en 1931, puis développée en pratique par Lauridsen dans les années 1950. La technique originale utilisait un microphone frontal de n'importe quelle directivité, une figure en 8 tournée vers le côté et une matrice somme/différence pour convertir les signaux résultants en stéréo L/R. Cette approche offrait une compatibilité mono totale et la possibilité d'ajuster la réverbération et la largeur de l'image de l'enregistrement stéréo, bien que ces deux paramètres soient interdépendants.

En ajoutant un troisième microphone directionnel orienté vers l'arrière et une matrice supplémentaire (dans laquelle le chiffre 8 sert à deux paires M/S), on peut obtenir des enregistrements surround offrant une excellente localisation et une bonne sensation d'espace. Pour la stéréo à deux canaux, la largeur et la réverbération de l'image peuvent maintenant être réglées indépendamment.

SCHOEPS fournit un support exclusif pour la technique d'enregistrement Double M/S, comprenant des ensembles de microphones spécialement développés, des accessoires et des logiciels informatiques.

 

 

2005 - Le Micro Canon CMIT 5

Un micro canon utilise un transducteur directionnel monté derrière un "tube d'interférence" perforé. Le tube annule partiellement les sons de moyennes et hautes fréquences qui arrivent hors de l'axe, augmentant ainsi la directivité à ces fréquences. Il fût inventé au début des années 1950 par les docteurs Günther Kurtze et Konrad Tamm.

Le CMIT 5 U est un microphone canon de haute qualité, résultat d'un projet de développement intensif chez SCHOEPS . Il évite en grande partie les inconvénients bien connus des microphones comparables : Sa réponse en fréquences hors-axe est considérablement plus douce que toute autre conception précédente ; il n'y a pas de lobes latéraux distincts. De plus, son diagramme polaire ne devient pas trop étroit dans les hautes fréquences. Pour ces raisons, certains l'appellent "le SCHOEPS parmi les micros-canon".

En plus de ses qualités sonores, sa couleur bleue est frappante et sa très grande légèreté est un avantage particulièrement important pour les cinéastes et les preneurs de son vidéo.

 

 

2008 - MK 22

Le schéma directionnel de la "cardioïde ouverte" se situe entre la cardioïde classique et la "cardioïde large". Il s'agit d'une variante spéciale qui combine à la fois une bonne directivité et une qualité sonore très naturelle.

Les années d'expérience de nombreux ingénieurs du son avec les différents types de microphones cardioïdes de SCHOEPS ont joué un rôle important dans le processus de conception. Le MK 4 cardioïde est souvent utilisé comme microphone de référence, même dans des situations d'enregistrement difficiles ; sa transparence sonore et sa remarquable suppression du son incident arrière en font une solution universelle. La cardioïde large MK 21 offre une alternative lorsque sa directivité plus faible s'adapte à la situation d'enregistrement, par exemple pour le premier pupitre de cordes ou pour le piano solo. Ce type de capsule est apprécié pour son caractère sonore (similaire à celui d'un microphone omnidirectionnel pur) et son absence relative d'effet de proximité. Puis le souhait s'est exprimé de trouver une solution intermédiaire qui combinerait ces caractéristiques en une seule capsule. Le résultat est la MK 22, Cardioïde Ouvert (Open Cardioid.®).

2009 - ORTF Surround & ORTF-3D

Ces deux techniques ont été développées et mises en œuvre par Schoeps. La technique "ORTF Surround" est un système à quatre canaux pour l'enregistrement surround "Atmo". Ses caractéristiques sonores sont très similaires à celles du célèbre "IRT Cross" développé par Günther Theile. Cette technique a été développée afin de fournir une captation stéréo multicanal basée sur "le temps d'arrivée" dans un stade pour la Coupe du monde de football 2010. Ainsi, une protection anti-vent robuste a également été développée, avec un chauffage intégré, le tout alimenté par un élégant câble multiconducteur qui permet une installation à long terme. Dans de nombreux stades, il est utilisé comme microphone d'ambiance principal.

La technique "ORTF-3D" représente un développement supplémentaire de cette approche pour l'audio 3D. Testée pour la première fois lors de la Coupe du monde de 2014, elle est proposée en tant que produit (avec la bonnette anti-vent correspondante) depuis 2016. Très vite, il a commencé à être utilisé pour d'autres applications 3D, devenant un standard pour les enregistrements "atmo" pour la 3D et la RV. Il est connu pour produire un son de salle ouvert et agréable qui, autrement, nécessiterait une configuration plus grande de type "Decca Tree" utilisant le décalage temporel d'arrivée.

2010 - Le SuperCMIT

Le SuperCMIT a marqué le début d'une nouvelle ère chez SCHOEPS. Déjà expérimenté dans le domaine de la technologie des microphones numériques (un des prédécesseurs du SuperCMIT était le "CMD 2" de 2006), SCHOEPS a développé ce microphone numérique qui intègre un processeur de signal numérique avec un algorithme spécial pour augmenter la directivité du microphone.

Le point de départ de ce développement a été un nouveau type d'algorithme de formation de faisceau de la société ILLUSONIC qui permet, pour la première fois, une formation de faisceau adaptative avec une qualité sonore élevée. Une fois que le potentiel de cette technologie est devenu évident, un microphone à double capsule avec le traitement du signal nécessaire a été développé. Le succès du projet dépendait essentiellement de l'idée d'éviter tout problème d'aliasing ou d'artefact avec l'algorithme. Ainsi, l'algorithme du SuperCMIT n'est appliqué qu'en dessous de 5 kHz ; au-dessus de ce point, seul le signal de l'élément orienté vers l'avant (dont la directivité est renforcée par le tube d'interférence) est utilisé. De cette façon, le SuperCMIT est comme le "grand frère" numérique du CMIT 5.

Le SuperCMIT était assez avancé dans sa phase de prototype en 2010, lorsqu'un événement sportif a été programmé, au cours duquel des bruiteurs en plastique ("vuvuzelas") ont menacé de causer des problèmes majeurs au niveau du capteur audio de la télévision. Le développement a été accéléré et, au moment de l'événement, il fut possible de s'assurer que les sons du terrain de jeu pouvaient être captés sans difficulté. Dans les années qui ont suivi, le SuperCMIT est également devenu un des microphones préférés pour le son des films.

 

 

2014 - V4

Tous ceux qui visitent le petit "musée du microphone" dans le bâtiment de la société à Durlach admirent l'ancien CM 51/3 de 1951, avec son beau corps bleu et l'aspect noble de sa tête de capsule.

Lorsque vint le temps de développer une nouvelle capsule moderne pour les applications en studio, cette ancienne conception visuelle est venue à l'esprit. Le V4 U a reçu une nouvelle capsule très originale avec une plaque annulaire de 33 mm de diamètre qui provoque une augmentation progressive de la directivité dans les hautes fréquences, comme un microphone à grande membrane. Mais le V4 reste un véritable microphone à petit diaphragme avec tous les avantages que cela implique. L'électronique du microphone offre également des approches fondamentalement nouvelles - par exemple, un circuit de sortie de type pont qui peut traiter des niveaux de pression acoustique particulièrement élevés sans distorsion. Le "look rétro" a d'abord suscité le plus de commentaires, mais une fois que les gens ont entendu le son, la plupart se sont enthousiasmés pour le microphone lui-même.

Le V4 U combine une réalisation technique de classe mondiale, typique des SCHOEPS, avec un design visuel classique et intemporel.

2016 - Le MiniCMIT

Après l'introduction du CMIT 5 en 2005 et du SuperCMIT en 2010, le MiniCMIT représente une évolution logique de la série CMIT basée sur le même transducteur acoustique.

L'électronique miniaturisée et moderne avec le "RFI-Shield" de SCHOEPS garantit une sécurité optimale contre les interférences radio et intègre un filtre coupe-bas fixe et raide pour une utilisation optimale sur perche sans perte de qualité sonore.

2019 - CMC 1

L'amplificateur miniature CMC 1 associe les avantages de notre série modulaire "Colette" à ceux des microphones CCM compacts et monoblocs. Le CMC 1 fonctionne avec toutes les capsules MK et les accessoires actifs, et peut aller presque partout où une capsule sur un câble d'extension Colette KC pourrait aller. Il offre ainsi le nec plus ultra en matière de polyvalence et de résistance aux interférences radioélectriques. 

Le circuit du CMC 1 est entièrement nouveau. Pour un fonctionnement en 48 volts, son niveau de pression acoustique maximum est généralement supérieur de 4 dB à celui d'un CMC 6, tandis que son niveau de bruit est le même - mais il ne nécessite que la moitié du courant de fonctionnement. L'impédance de sortie du CMC 1 est faible (50 Ohms) et constante sur toute la gamme audio.